L’agroalimentaire peut-il être uberisé ?

L’agroalimentaire peut-il être uberisé ?

Aucun secteur d’activité n’échappe à la transformation digitale, pas même l’agroalimentaire. Avec la numérisation de l’économie, un nouveau phénomène est apparu : l’ubérisation !

 
Si l’ubérisation correspond à un « phénomène par lequel une start-up ou un nouveau modèle économique lié à l’économie digitale peut menacer et remettre en cause rapidement un vieux modèle de l’économie ‘traditionnelle’ », quid de l’ubérisation du secteur agroalimentaire ? Les professionnels du secteur ne doivent pas se demander s’ils vont être uberisés, mais plutôt quand cela va se produire, comment, sous quelles formes de disruption ?
 

Qu’est-ce que l’uberisation dans l’agroalimentaire?

 
Au commencement, il y avait Uber… à présent, c’est une licorne.
Ceci n’est pas un conte de fées mais une histoire vraie. Celle d’une start-up américaine, créée en 2009 qui a tellement bien réussi qu’elle est valorisée à plus de 50 milliards de dollars. Elle répond donc à la définition de licorne : une société basée aux États-Unis, dans la Silicon Valley,valorisée à plus d’un milliard de dollars en moins de 10 ans d’existence et travaillant dans les nouvelles technologies.
 
Uber, une application permettant de mettre en relation clients et chauffeurs, est désormais présente dans le monde entier. Le principe ? Connecter instantanément un offreur et un demandeur via une application mobile, pour offrir un service direct et à faible coût. L’offreur n’est pas un chauffeur de taxi de métier, ni un employé d’Uber, mais tout simplement un particulier qui s’inscrit sur la plateforme en ligne et devient « chauffeur Uber ».
 
Or, il s’agit d’une véritable révolution.
 
Pourquoi ? Car le système des quotas mis en place sous l’accord des chauffeurs de taxis et l’Etat n’est plus appliqué. Car tout particulier peut à ces heures perdues devenir chauffeur de taxi, trouver une « clientèle » via l’application, être rémunéré… et donc bouleverser le marché de la réservation VTC. Uber, un modèle totalement disruptif, a brutalement pénétré le marché VTC, créé une forte demande, de nouveaux modes de consommation, de nouveaux emplois…
 
D’autres applications se sont lancées sur le même modèle, on peut citer entre autres AirBnb qui met en relation des particuliers pour l’hébergement, ou encore Blablacar pour le transport, dont Ronan Le Moal, DG du Crédit Mutuel Arkea, actionnaire de Blablacar, nous parle dans son interview. Ces services étaient auparavant uniquement proposés par des professionnels.
 
Ce nouveau modèle économique devait porter un nom. Il fut donc baptisé avec celui de son plus bel exemple. On parle désormais d’uberisation.
 
 

Quid de l’uberisation de l’’agroalimentaire ?

 
On peut considérer que tout secteur où il y a autant d’offres que de demandes peut potentiellement être uberisé. L’agroalimentaire est donc particulièrement concerné…
 

a) La production

Au niveau de la production agroalimentaire, l’essor des « growers » (personne cultivant soi-même des ressources vivrières) s’étend de plus en plus. Par exemple, dans le cadre de la tendance de fermes urbaines. L’agriculture locale et le potager-maison (ou balcon !) privé ou en libre-service pollinisent la France, avec des initiatives comme Incroyables Comestibles. Le principe ? Utiliser le plus de terres arables possibles en ville (souvent à l’abandon) pour y planter non pas des géraniums mais des plantes vivrières. Les bénévoles de l’association fournissent ainsi des fruits et légumes gratuitement aux habitants. On pourrait également envisager de la vente entre particuliers sur le même principe.
 
Et si les villes devenaient finalement autonomes, du moins en termes d’alimentation ? Quel serait l’impact sur des acteurs comme la grande distribution ? Les exploitants agricoles ? Toutes les parties prenantes devraient s’adapter, avec plus ou moins de résilience.
 
Cependant, la législation n’évolue pas aussi vite que les modèles disruptifs et les tendances. En France, on ne peut pas vendre ses aliments sans créer d’entreprise. Cela ralentit donc ce modèle de particuliers à particuliers.
 

b) La distribution

Le système achat-livraison-distribution de denrées alimentaires est complexe. Il implique de multiples acteurs, dont des intermédiaires qu’on appelle Hub alimentaires. En dehors de la vente directe, ils font le relai entre l’offre (la production) et la demande (citoyens, restaurateurs, organismes publics…). Ce sont les AMAP, groupements d’achat, supermarchés, épiceries, commerces…
 
Les plus disruptifs ? Les marketplaces comme Open Food France, qui proposent des solutions Open Source de gestion et de ventes en ligne. Accessibles à tous, elles permettent de créer un réseau alternatif entre producteurs et consommateurs. L’agriculteur crée par exemple une page de vente de ses produits sur le site, en temps réel et très rapidement. Il peut fermer son cycle de vente à tout moment. Les clients achètent en ligne ou bien se rendent chez lui pour acheter ses produits. La plateforme Open Food France permet donc de filtrer par produits, producteurs, par zones… et ainsi booste la consommation fraîche et locale.
 
Dans ces nouveaux modèles de distribution, l’impact logistique n’est pas négligeable. On regroupe un large choix de production, fournis par de multiples producteurs indépendants, qui doivent tous livrer en temps réduits des produits parfois pour une seule et même commande. Voilà pourquoi ce modèle gagne en transparence mais perd en efficacité opérationnelle. Il est donc en attente d’une innovation ou d’une réorganisation qui lui ferait prendre de l’ampleur face au classique duo centrale d’achat – supermarché.

 
data-agroalimentaire
 

L’uberisation : un phénomène porté par le digital

 
Le numérique est un support idéal pour accompagner ces nouvelles tendances et augmente les effets de disruption : applications et tutoriels DIY pour devenir apprenti jardinier, géolocalisation des potagers en libre-service ou des AMAP, serres connectées, location en ligne de matériel agricole plutôt qu’en CUMA… les exemples sont variés.
 
La collecte des données et la transition digitale sont donc primordiales pour de nombreux acteurs.
 
En termes de production, l’utilisation de capteurs et de drones survolant les parcelles agricoles permet d’apporter des conseils précis à l’agriculteur. Par exemple la surveillance quantitative des intrants utilisés permet de limiter leur utilisation. Voilà un exemple d’enjeu pour les big data.
 
Pour les entreprises de l’agroalimentaire, il devient indispensable de collecter un maximum d’informations pour évaluer les besoins des consommateurs : types de produits consommés, quantité, besoin de respecter la chaîne du froid, nouvelles tendances etc.
Sur la vague de la volonté de transparence des consommateurs, les emballages connectés ont ainsi été mis sur le marché et indiquent l’origine des produits et leurs qualités nutritionnelles.
On limite également le gaspillage alimentaire, grâce à des applications comme Optimiam qui mettent en relation des commerces ayant des denrées périssables invendues et des consommateurs.
 
Dans l’usine agroalimentaire 4.0, la data est aujourd’hui partout : capteurs, robots, ERP, PLM, … liés aux outils de CRM et d’écoute sur les médias sociaux. Le couple Data / Business intelligence permet de mieux piloter les stratégies de développement et d’innovation. La data permet aussi de libérer les énergies et la créativité, de mieux travailler en transversalité entre production, marketing et service R&D. Les « design lab » où UX, design thinking et prototypage font mouche permettent d’innover plus efficacement, et durablement. L’usine du futur est aujourd’hui ultra-techno et se fait prédictive, sur les produits météo-sensibles notamment, pour aligner la production au plus près de la demande des consommateurs. Demain, elle pourra sortir des produits utra-personnalisés pour s’adapter à des usages ou à des régimes alimentaires spécifiques, aux enfants, aux seniors, comme aux pathologies médicales… ou bien, tout cela à la fois.
 

L’agroalimentaire s’uberise. Il n’y a plus de doute à avoir, et le numérique encourage ce phénomène. Avec l’apport des big data, elle peut le faire avec plus de transparence et de contrôle. Mais il existe également un risque concernant la gouvernance des données et leur utilisation.
 
 

Pour aller plus loin : rendez-vous au colloque Valorial « L’alimentaire disrupte, innovons autrement ! »

Certains redoutent l’uberisation de leur activité. L’impact est-il négatif, ou au contraire l’uberisation est-elle le nouveau visage de la croissance à l’ère du digital ? Les anciens et nouveaux systèmes vont-ils co-exister, se compléter, ou bien l’un va-t-il cannibaliser l’autre ? Comment les technologies vont-elles évoluer : en soutenant la consommation de masse ou en permettant aux populations de ralentir et de se reconnecter avec la nature ?
 
C’est à ces questions que les interventions de Ronan LE DEN, Mathieu TOURNAT, Sylvain ZAFFARONI, Eric LESAGE… viendront apporter des réponses, au colloque Valorial le 6 décembre à Pacé. Inscrivez-vous en ligne pour (re)découvrir ces sujets passionnants : Inscriptions

 
inscription-colloque-valorial salon agroalimentaire
 
—————————————————————————————————————–
Sources :

http://www.definitions-marketing.com/definition/uberisation/

http://magazine.ouishare.net/fr/2016/11/systeme-alimentaire-3-0-les-voies-de-la-disruption/

http://industrie-agroalimentaire.com/uberisation-agroalimentaire/

http://wikiagri.fr/articles/les-dangers-dune-uberisation-de-lagriculture-et-de-lagroalimentaire/6731

http://www.marketing-professionnel.fr/tribune-libre/secteur-agro-alimentaire-uberisation-201604.html

http://www.culture-nutrition.com/2016/02/19/tendance-uberisation-alimentaire-lintelligence-collective-au-service-de-vos-papilles/