Les grandes tendances alimentaires d’aujourd’hui et de demain

Les grandes tendances alimentaires d’aujourd’hui et de demain

Le futur de notre alimentation se joue déjà aujourd’hui. Ce que nous mettons dans nos assiettes évolue pour correspondre à nos envies en tant que consommateurs, mais aussi parce que les nouvelles technologies nous offrent de nouvelles possibilités. Nous avons également la nécessité de trouver de nouvelles ressources et de nouveaux espaces de production du fait de l’augmentation de la population mondiale.

La data food au service de la consommation

Le high-tech arrive dans nos assiettes ! C’est à la fois une tendance, dans notre société ultra connectée, mais aussi un besoin pour notre santé (intolérance au gluten, aux arachides, au lactose, etc.). Entre les scandales alimentaires et la prise de conscience sanitaire, le consommateur souhaite à présent maîtriser le contenu de son assiette : les nouveaux produits sur le marché sont sans additif, sans colorant, ni conservateur…

Pour suivre cette tendance, la société Nima a ainsi développé un scanner ultra-simplifié qui analyse la composition d’un aliment et détecte la présence ou non de gluten. Un tout petit échantillon de l’aliment versé dans le scanner, et le tour est joué : l’appareil vous affiche le résultat !
Encore plus impressionnant : le spectromètre alimentaire de poche Tellspec qui scanne toute la composition de l’aliment que vous avez dans votre assiette et vous renvoient les données dans l’application mobile dédiée. Vous savez exactement ce que vous mangez, du nombre de calories, de protéines, de lipides, de glucides, mais aussi les éventuelles présences de soja ou gluten.

 

1) Les QR code pour la traçabilité

Des QR codes sont aussi apposés sur les emballages permettant d’accéder aux informations nutritionnelles du produit, mais aussi pour suivre leur traçabilité. Le consommateur veut mieux comprendre les étiquettes de composition des produits et apports nutritionnels ainsi que leur origine.
On pourrait presque connaître le nom de la vache qui a produit notre lait !

 

2) Les assiettes et couverts connectés

Dans notre société où tout est connecté, il en fallait peu pour que notre alimentation rejoigne le mouvement. Des assiettes connectées ont ainsi vu le jour : elles analysent les produits et leur poids et peuvent aider à suivre un régime.
Il en est de même pour la fourchette connectée Hapifork. L’ustensile calcule le temps passé à table, votre nombre de coups de fourchette par minute et le temps entre chaque bouchée.

 

3) L’impression 3D arrive dans l’assiette

L’impression 3D alimentaire vient aussi révolutionner la gastronomie. Cette nouvelle technologie permet non seulement de créer des assiettes aux visuels les plus extravagants, mais elle aide aussi à connaître avec précision les quantités d’ingrédients utilisés. Freddy Thiburce, Co-fondateur & Directeur Général du CENTRE CULINAIRE CONTEMPORAIN, intervenant au colloque Valorial le 6 décembre, abordera les enjeux de cette innovation plus en profondeur.

 

Objectif zéro gaspillage

Avec la prise de conscience sanitaire, notre alimentation a également connu une prise de conscience écologique. Trop d’emballages, trop de gaspillage… dans les pays développés où la consommation explose depuis un demi-siècle, les habitudes alimentaires doivent changer. Surtout quand on sait qu’un tiers des aliments produits sur terre finissent à la poubelle !

Des sociétés travaillent donc à réduire le poids des emballages, mais aussi à limiter le suremballage. Les sachets solubles des pastilles pour lave-vaisselle ont lancé la tendance. On trouve à présent des emballages comestibles grâce à la technologie Wikipearl.
L’application proposée par Frigo Magic vous aide à composer une recette digne de ce nom en fonction des ingrédients qu’il reste dans votre cuisine (plutôt que de les jeter !). Rencontrez l’équipe de cette jeune start-up au colloque Valorial le 6 décembre ! Vous pouvez prendre rendez-vous via la plateforme d’inscription. Et si vous ne finissez pas votre assiette au restaurant ? Vous pouvez désormais ramener les restes dans un doggy bag.
Quant aux produits dont la date de péremption approche, la start-up Fresh Me Up à Paris met en relation producteurs ou commerçants et transformateurs (restaurants, associations, cantines) pour récupérer ces denrées, vendues à prix coûtants.

 

Retour aux sources

A présent, le consommateur veut des valeurs sûres dans son assiette et quoi de plus rassurant qu’une mamie, que ce soit dans les recettes (la blanquette de veau n’a jamais été aussi tendance) ou dans le packaging/marketing (les fameuses bigoudennes de Tipiac). Même si la fabrication n’est pas toujours artisanale…

Les circuits courts commencent également à être très prisés des consommateurs. De nombreux magasins, créés et gérés par des producteurs locaux, permettant d’acheter des aliments produits dans la région voient le jour, comme Les Fermiers du Coin à Rennes et Nantes. Le petit producteur a de la valeur aux yeux du consommateur tandis que les Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (Amap) fédèrent.

 

Les nouveaux régimes alimentaires

 

Les nouveaux régimes alimentaires ont su trouver leur place. Il est à présent facile de rencontrer :
• Un flexitarien : une personne qui réduit la part de viande dans son alimentation ;
• Un végétarien : une personne qui ne mange pas de viande, voire pas de poisson ;
• Un végan (ou végétalien) : il ou elle ne mange aucun produit d’origine animale (ni viande, ni œuf, ni lait, etc.)
• Un locavore : une personne qui consomme des aliments dans un périmètre proche de son domicile ;
• Un entomophage : une personne qui consomme des insectes.

La viande est au cœur de nombreuses critiques depuis quelques années : consommée en quantité trop importante, elle est non seulement mauvaise pour notre santé mais sa production intensive augmente massivement la consommation d’eau, l’utilisation d’intrants… et donc a un impact environnemental négatif. En réalité, le végétarisme est un régime alimentaire très ancien, mais se développe depuis l’industrialisation de l’élevage.
Pour clore le débat des pro et anti viande, la société Supermeat a développé de la viande de synthèse. On dirait de la viande, ça a le goût de la viande, et c’est de la viande ! Sauf que, ce sont des tissus musculaires développés à partir de cellules d’animaux et ne nécessitent pas d’abattage ni de production fourragères.

Une autre alternative permettrait d’assurer l’alimentation de nombreuses populations au niveau mondial tout en réduisant notre empreinte écologique : les insectes. Mais bon nombre de consommateurs sont encore réticents face à leur aspect peu ragoutant. Exoprotein a développé des produits dérivés comme des barres protéinées ou de la farine à base de criquets. Ou encore, la start-up Innoprotea, qui propose des insectes déshydatrés à croquer à l’apéritif ! Vous bénéficiez de l’opportunité de rencontrer innoprotea et d’autres start-up food tech le 6 décembre au colloque Valorial : inscrivez-vous en ligne !

 

Penser à demain

 

Nous vivons dans un cercle vicieux. La population mondiale augmente, ce qui provoque l’augmentation de la taille des zones urbaines provoquant à son tour la diminution des surfaces agricoles disponibles. Hors, avec l’augmentation de la population et de la consommation, nos besoins alimentaires suivent la même tendance.

Des pistes de solutions ont été trouvées, notamment en utilisant des espaces urbains pour produire des légumes. Ainsi à Paris, des potages et des serres apparaissent sur les toits des grandes entreprises.
Dans les cuisines, des kits d’herbes aromatiques, champignons et petits légumes ont été développés pour que même ceux qui n’ont pas de jardin puissent produire ce qu’ils consomment à l’exemple du kit Prêt à Pousser.

 

Pour en savoir plus sur les innovations dans l’agroalimentaire, rendez-vous au colloque organisé par Valorial : « L’alimentaire disrupte, innovons autrement ». Avec notamment l’intervention de Pascale Hébel (@PascaleHebel) du Crédoc, qui dévoilera les résultats de la dernière étude CCAF (Comportements de Consommation Alimentaire des Français, disruption ou pas disruption. À suivre…


> Inscriptions en ligne <

————————————————————————————————————————-

 

Sociétés & associations citées dans l’article :
Nima : le scanner pour détecter la présence de glutenTellspec : le spectomètre alimentaire de poche
HAPIfork : la fourchette connectée
Perfectly Free : emballages comestibles
Frigo Magic : application pour cuisiner les restes de votre frigo
Fresh Me Up : mise en relation de producteurs ou commerçants et transformateurs
Les Fermiers du Coin : circuit court à Rennes et Nantes
SuperMeat : la viande de synthèse
Exoprotein : les insectes sous toutes leurs formes
Innoportea : les insectes à réhydrater pour l’apéritif
Prêt à Pousser : le potager en kit
Sources :

http://www.lsa-conso.fr/ces-10-tendances-alimentaires-a-ne-pas-rater,237159

http://www.influencia.net/fr/actualites/tendance,tendances,futur-alimentation-5-tendances,6327.html

http://www.lsa-conso.fr/sial-2016-decouvrez-toutes-les-tendances-alimentaires-mondiales,244038

http://blog.optimiam.com/les-10-tendances-de-lalimentation-en-2016/

http://www.atabula.com/2016/04/28/alimentarias-produits-innovations/