Les grandes tendances alimentaires d’aujourd’hui et de demain

Les grandes tendances alimentaires d’aujourd’hui et de demain

Le futur de notre alimentation se joue déjà aujourd’hui. Ce que nous mettons dans nos assiettes évolue pour correspondre à nos envies en tant que consommateurs, mais aussi parce que les nouvelles technologies nous offrent de nouvelles possibilités. Nous avons également la nécessité de trouver de nouvelles ressources et de nouveaux espaces de production du fait de l’augmentation de la population mondiale. La data food au service de la consommation Le high-tech arrive dans nos assiettes ! C’est à la fois une tendance, dans notre société ultra connectée, mais aussi un besoin pour notre santé (intolérance au gluten, aux arachides, au lactose, etc.). Entre les scandales alimentaires et la prise de conscience sanitaire, le consommateur souhaite à présent maîtriser le contenu de son assiette : les nouveaux produits sur le marché sont sans additif, sans colorant, ni conservateur… Pour suivre cette tendance, la société Nima a ainsi développé un scanner ultra-simplifié qui analyse la composition d’un aliment et détecte la présence ou non de gluten. Un tout petit échantillon de l’aliment versé dans le scanner, et le tour est joué : l’appareil vous affiche le résultat ! Encore plus impressionnant : le spectromètre alimentaire de poche Tellspec qui scanne toute la composition de l’aliment que vous avez dans votre assiette et vous renvoient les données dans l’application mobile dédiée. Vous savez exactement ce que vous mangez, du nombre de calories, de protéines, de lipides, de glucides, mais aussi les éventuelles présences de soja ou gluten.   1) Les QR code pour la traçabilité Des QR codes sont aussi apposés sur les emballages permettant d’accéder aux informations nutritionnelles du produit,...
Accélérateurs de start-up : coopérer pour innover !

Accélérateurs de start-up : coopérer pour innover !

Accélérateurs, incubateurs, boosters, pools de start-up… poussent comme des champignons ! Pour repenser leur modèle d’innovation, accélérer leur transformation digitale, imaginer de nouvelles formes de collaboration, et/ou faire du business, les IAA peuvent aujourd’hui s’appuyer sur les réseaux existants mais aussi sur des acteurs qui ont créé leur propre écosystème de start-up.   Rencontre avec Jean-Philippe Le Goff, « Maire » du Village by CA des Côtes d’Armor.   Quelle est la vocation du Village by CA ? Avant de parler de vocation, reprécisons d’abord ce qu’est un Village by CA. Ce sont des lieux pour développer le business et l’innovation, aussi bien pour les jeunes entreprises accompagnées que pour les partenaires des Villages by CA. 31 projets de villages sont actés, une vingtaine seront actifs d’ici la fin 2017 et ce sont près de 600 startups et 150 partenaires qui seront réunis dans le réseau des Villages by CA autour d’une philosophie « Coopérer pour Innover ».   L’ambition des Villages by CA est de favoriser le développement commercial des jeunes entreprises innovantes en les plaçant au cœur d’un écosystème dynamique, créateur de valeur pour tous : startups, partenaires et territoires. Pour ses startups, l’objectif est de trouver des terrains d’expérimentation et des débouchés à leurs produits et services. Pour les partenaires, il s’agit d’avoir accès à un vivier de solutions, et pour les territoires, de développer leur attractivité. Un rôle d’accélérateur vs incubateur. 6 domaines d’excellence sont mis en avant : santé, logement, mer, tourisme, énergies renouvelables, l’agriculture et l’agroalimentaire.   Dans notre volonté de développer un projet utile au territoire, une des thématiques que nous souhaitons...
Comment replacer l’innovation au cœur de la filière agro-alimentaire ?

Comment replacer l’innovation au cœur de la filière agro-alimentaire ?

Quand on parle d’innovation en agroalimentaire, on imagine souvent des produits de formes étranges, aux couleurs fluorescentes, bien loin des petits plats que nous mitonne notre grand-mère. Mais oubliez les crackers de Soleil Vert ou des pilules poulet rôti du Cinquième Elément. Dans l’industrie agroalimentaire, les innovations doivent avant tout répondre à un besoin précis.   Qu’est-ce que l’innovation ? Valeur intrinsèque de l’ADN de toutes les grandes marques, l’innovation est aujourd’hui galvaudée et devient de moins en moins différenciante. Tout le monde innove aujourd’hui, même votre plombier-chauffagiste. Souvent confondue avec la R&D, même les acteurs de l’industrie agroalimentaire (IAA) ont des difficultés à la définir précisément.C’est peut-être Antoine Riboud, le fondateur et président de Danone, qui l’explique le mieux : « L’innovation est une alliance entre recherche, marketing, instinct, imagination, produit et courage industriel. » Les professionnels du secteur s’accordent à définir 4 typologies d’innovation : • L’innovation de produit, c’est le cas lorsqu’une nouveauté arrive sur le marché ; • L’innovation de procédé : c’est un changement dans la façon de fabriquer le produit ; • L’innovation de commercialisation via un nouveau conditionnement, un nouveau tarif ou une nouvelle façon de promouvoir le produit ; • L’innovation d’organisation propose une nouvelle façon de gérer les techniques de production et le lieu de travail. Dans l’industrie agroalimentaire, la majorité des innovations (plus de 60%) concernent le produit et sont, dans la plupart des cas, des innovations incrémentales. Un terme savant pour décrire que le travail se fait à partir d’un produit déjà existant qui est ensuite amélioré (comme la réduction de sel dans le jambon Fleury-Michon) ou dont...
QU’EST-CE QUE LA FOOD TECH ?

QU’EST-CE QUE LA FOOD TECH ?

La Food Tech, encore un anglicisme à la mode ! Mais kesako au juste ? Au milieu de toutes ces innovations, il y a de quoi en perdre son latin. Ici on ne parle pas d’inventions comme le fil à couper le beurre ou la cuisine moléculaire, mais plutôt d’innovations. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme comme disait Lavoisier, même notre façon de manger ! Manger plus sain, plus malin, plus vite, plus pratique… La Food Tech intervient pour adapter nos aliments, nos plats et notre façon de manger à notre société.   LA FOOD TECH, KEZAKO ?   Pas facile de définir la Food Tech et pourtant, on en voit certaines représentations dans les rues de nos grands villes ou dans nos supermarchés.   Par exemple, vous avez peut-être déjà croisé des coursiers Deliveroo à vélo, avec leur grosse valise sur leur dos, qui slaloment furtivement entre les voitures et les piétons. Leur mission ? Livrer leurs plats chauds préparés par des restaurateurs pour des clients confortablement installés devant leur téléviseur. Devinez quoi ? Et bien, ces hommes-tortues sont en réalité des fourmis, acteurs de la Food Tech !   Autre exemple, vous avez peut-être déjà entendu parler de futurs emballages comestibles ? Là encore, ce sont des produits issus de la food tech !     FOOD TECH, N. F. : LE FUTUR DE L’ALIMENTATION   Pour répondre à la question, la Food Tech est, de manière générale, l’association de l’alimentation et d’une innovation, le plus souvent en lien avec les nouvelles technologies.   Production agricole, transport, transformation industrielle, distribution, consommation :...
Transformation numérique & disruption du secteur agrolimentaire

Transformation numérique & disruption du secteur agrolimentaire

La croissance exponentielle du numérique a un impact considérable sur l’économie mais également sur nos modes de vie. Les nombreuses innovations qui voient le jour grâce au développement des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) entraînent de profonds bouleversements dans nos habitudes. Voilà ce qu’on nomme la disruption.   Le secteur agroalimentaire n’est pas en reste : c’est un véritable changement de paradigme qui touche l’ensemble de la la filière « de la fourche à la fourchette » ! Pour y voir plus clair, découvrez dans cet article ce qu’est la disruption et quels sont les enjeux du numérique sur un secteur tel que l’agroalimentaire.   Qu’est-ce que la disruption ? Ce concept, souvent utilisé dans les médias, est tiré du latin Disruptionem, qui signifie « rupture ». Longtemps on a parlé de disruption pour parler d’événements négatifs dans l’actualité. Depuis les années 90, ce terme change de visage et devient un atout côté business.   Pour comprendre, cela passe par un peu d’histoire. Il y a 24 ans, Jean-Marie Dru de l’agence TBWA (réseau publicitaire International) – aujourd’hui Président non exécutif du Groupe – dépose la marque « Disruption » pour protéger la méthodologie créative homonyme que l’agence propose à ses clients.[1]   Cette méthodologie consiste à s’interroger sur les conventions établies, à les bousculer et à les transgresser pour créer du désordre et stimuler le changement. Elle peut donc être qualifiée de technique de destruction créatrice, dont le résultat se traduit souvent par l’émergence de produits et services innovants. [2]   Adoptée comme stratégie d’entreprise, la stratégie de disruption peut se révéler être un facteur d’accélérateur de croissance : un produit ou...
Interview de Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial

Interview de Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial

Interview de Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial, le pôle de compétitivité agroalimentaire du grand ouest. Propos recueillis par Marielle Roux, Rédactrice en chef du magazine Alim’agri   Innovons dans nos façons d’innover ! « L’alimentaire disrupte, innovons autrement » est le thème du colloque que vous organisez le 6 décembre prochain. Pourquoi ce thème ? Disruption, Ubérisation, avec la transformation numérique, la chaîne alimentaire connaît de profonds bouleversements, tant dans l’industrie agroalimentaire que côté distributeurs et consommateurs. Cette journée vise à sensibiliser les acteurs de l’agroalimentaire à ces enjeux ainsi qu’à les inciter à travailler avec des start-ups de la Foodtech. Elles procurent de l’agilité dans un monde qui va tellement vite !   Vous parlez de transition plutôt que de révolution numérique. Pourquoi ? Je préfère parler de transition car cette évolution se fait tant avec les acteurs qui sont dans la place qu’avec l’entrée de nouveaux acteurs. Tous secteurs confondus, cette transition numérique est entamée depuis un certain temps. L’arrivée des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazone) a provoqué des remises en cause profondes de certains modèles économiques. Les acteurs économiques prennent conscience qu’ils doivent opérer une bascule forte et massive, avec un sentiment d’urgence. Jusqu’à présent, les filières agroalimentaires ont été moins touchées, mais elles doivent aussi opérer leur transition numérique, quelle que soit la taille de l’entreprise.   Ce n’est pas la première innovation technologique forte. Qu’est-ce qui est spécifique au numérique ? Dans les années 80, l’usine type se caractérisait par un stade de production auquel succédait une phase de contrôle. On agissait a posteriori. Dans les années 2010, c’est l’usine en temps réel qui s’est déployée...